Vous êtes ici:Accueil » Mode » Mode homme » ROY NU, comment être chic et à l’aise dans l’intimité !

ROY NU, comment être chic et à l’aise dans l’intimité !

Crédit photo : Crescenzo Mazza

Roy nu est l’histoire que chaque homme se raconte, le récit épique contemporain, le conte érotique que tout homme amoureux relate à son/sa partenaire.
Il est question de virilité dans des écrins de douceur, d’intimité, de séduction, de pudeur enjouée, de nuits étoilées et de jours lumineux.

Les 12 premieres références de cette collection, permettent d’exprimer le Moi, sans complexe, en toute majesté; Chaque physique y trouvera modèle à sa mesure.

Crédit photo : Crescenzo Mazza

La gamme est constituée d’ incontournables du vestiaire masculin, en « chaîne et trames » : tee shirt , débardeurs, short de boxer…
D’une légèreté incomparable, ces articles vous feront reconsidérer votre physique après le poids d’une journée active !
Le voile de coton, tout en légèreté, sensualité permet la reconquête et la mise en scène du corps.

BAODAÏ

Subtilité, qualité, naturel sont les leitmotiv de la gamme… Coutures anglaises, boutons en nacre sont autant de détails qui reflètent la noblesse d’intention quant à la peau de l’homme.

EDWARD

Roy nu, s’inspire d’illustres monarques qui ne manquaient pas de panache, autant que le conte d’Andersen. « Les Habits Neufs De L’Empereur ».
Plutôt que d’épingler la vanité dont ce récit fait la satire, la marque souhaite valoriser la vérité nue.

Les modèles seront disponibles dans deux tons : Le blanc car c’est une couleur magique, qui auréole d’une innocence convenue.
Le bleu nuit, qui est fortement symbolique et demeure l’écho du mystère nocturne tout en faisant référence aux « Très Riches Heures du duc de Berry ». Cette couleur est aussi la figuration de Nout, la déesse égyptienne et renvoie à la féerie de certaines toiles de Marc Chagall.

NIKOLAS

Roy nu est une collection exclusive de basiques qui seront disponibles en boutiques online, concept stores, maisons d’hôtes et palaces, dès juin 2017 (mais nous en reparlerons)

Laisser un commentaire

Retour en haut de la page