Vous êtes ici:Accueil » Culture » Cinéma »  » Comancheria  » de David Mackenzie.

 » Comancheria  » de David Mackenzie.

Comancheria

« Après la mort de leur mère, deux frères organisent une série de braquages, visant uniquement les agences d’une même banque. Ils n’ont que quelques jours pour éviter la saisie de leur propriété familiale, et comptent rembourser la banque avec son propre argent. À leurs trousses, un ranger bientôt à la retraite et son adjoint, bien décidés à les arrêter. »

Toby (Chris Pine) et son frère Tanner (Ben Foster

Toby (Chris Pine) et son frère Tanner (Ben Foster

Marcus (Jeff Bridges) et son partenaire Alberto Parker (Gil Birmingham)

Marcus (Jeff Bridges) et son partenaire Alberto Parker (Gil Birmingham)

Comme plusieurs films de braquages de banques, COMENCHERIA aboutit à une confrontation entre gangsters et policiers dans les paysages arides du sud-ouest des Etat-Unis.

Toby et son frère Tanner ne braquent pas de grosses banques, mais des petites banques de la même enseignes et ne prennent jamais de grosses coupures.
Comme ils officient dans la même région, Marcus et son partenaire Alberto, vont se mettre à leur poursuite.
Marcus est près de la retraite, mais veut absolument mettre la mais sur ces deux braqueurs.

Au restaurant, le moment le plus hilarant du film.

Au restaurant, le moment le plus hilarant du film.

Le film nous fait découvrir des paysages grandioses du Texas et de l’Oklahoma.
C’est un film sur la famille, la loyauté, la masculinité.
L’affrontement entre une société dominée par la cupidité et un monde finissant – l’Ouest crépusculaire – peuplé d’individualistes forcenés.
Le scénario est drôle et émouvant.
Le casting fait sur mesure avec Jeff Bridges dans le rôle du Ranger fatigué, attendant sa retraite, Chris Pine et Ben Foster, les frères Howard dans la tourmente et Gil Birmingham (lui-même d’origine comanche, le Seigneur des Plaines.

Un film à voir pour la mise en scène de David Mackenzie, le jeu des acteurs et un scénario bien ficelé.

Sortie en salle le : 7 septembre 2016

Laisser un commentaire

Retour en haut de la page