Vous êtes ici:Accueil » Culture » Cinéma » « CESSEZ-LE-FEU  » de Emmanuel Courcol.

« CESSEZ-LE-FEU  » de Emmanuel Courcol.

« 1923. Georges, héros de 14 fuyant son passé, mène depuis quatre ans une vie nomade et aventureuse en Afrique lorsqu’il décide de rentrer en France. Il y retrouve sa mère et son frère Marcel, invalide de guerre muré dans le silence. Peinant à retrouver une place dans cet Après-guerre où la vie a continué sans lui, il fait la rencontre d’Hélène, professeure de langue des signes avec qui il noue une relation tourmentée… »

Georges (Romain Duris) dans les tranchées

Georges, après avoir combattu, être décoré, vit en Afrique avec un de ses anciens camarades de tranchée sénégalais, Diofo (Wabinlé Nabié) .
Quand ce dernier se fait tuer, il décide de rentrer en France où vit sa mère et son frère Marcel,lui aussi a fait cette guerre et comme beaucoup , ne l’a pas laissé intacte.

Marcel (Grégory Gadebois)

Depuis son retour, Marcel ne parle plus, et Hélène (Céline Sallette), lui apprend la langue des signes afin qu’il puisse communiquer.

Hélène (Céline Sallette)

Georges ne voit pas trop l’intérêt de tout cela et espère que son frère guérira et parlera à nouveau, d’autant plus qu’il s’éprend d’une jeune femme, veuve de guerre, Madeleine (Julie-Marie Parmentier). Mais quand il entend son frère rire, il change d’avis.

Hélène et Georges

Georges de son coté va s’éprendre d’Hélène, il aimerait l’emmener en Afrique, mais elle choisit de partir au Viet-nam.
Georges comme beaucoup d’anciens combattants a du mal à s’insérer dans cette vie, et décide de la rejoindre.

C’est un film fort, sur les dégâts, tant physique que psychique qu’a occasionné cette guerre.
100 ans après celle-ci, il est bon de montrer ce qu’elle fut et le mal qu’elle a causé, sur les anciens combattants, mais aussi les « planqués » qui ne manquent pas de s’en prendre à ces derniers.

Que ce soit Romain Duris, Céline Sallette, Grégory Gadebois, Wabinlé Nabié tous portent le film.
Il faut aller le voir, pour ne pas oublier ce que fut cette guerre absurde où tant d’hommes sont morts pour rien.

En salle le : 19 avril 2017

Laisser un commentaire

Retour en haut de la page