Vous êtes ici:Accueil » Mode » Mode homme » La Maison Francesco Smalto mécène de l’exposition ‘Masculin/Masculin, l’homme nu dans l’art de 1800 à nos jours!

La Maison Francesco Smalto mécène de l’exposition ‘Masculin/Masculin, l’homme nu dans l’art de 1800 à nos jours!

Francesco SMALTO

« La beauté du costume est dans la simplicité du geste », a déclaré Francesco Smalto, qui s’est toujours considéré comme un architecte du vêtement. En étudiant sans relâche les lignes du corps humain et ses contraintes à la recherche de l’équilibre parfait il a su habiller l’homme sans jamais entraver le mouvement de son corps. C’est avec la Grande Mesure que la Maison a atteint la quintessence du savoir-faire et du «savoir habiller» : en partant de la morphologie unique d’un homme, la Maison saura donner l’élégance où il en manquera, gommer les faiblesses, sublimer toujours les atouts …et ce depuis 1962.

Elégant paradoxe, en devant mécène de cette exposition célébrant le nu, la Maison entendait rendre hommage à ces artistes qui ont su si bien « découvrir » le corps de l’homme – clef de voûte de l’allure Francesco Smalto.

L’exposition « Masculin Masculin, l’homme nu dans l’art de 1800 à nos jours » ¬Musée d’Orsay à partir du 23 septembre 2013.

Smalto

A propos de la Maison Francesco Smalto.

Francesco Smalto est une Maison française de Grande Mesure et de Prêt à Porter de Luxe pour homme créée en 1962 à Paris par Francesco Smalto.
Depuis maintenant 50 ans et forte d’un atelier parisien composé d’une trentaine d’artisans et de Maitres Tailleurs, la Maison perpétue la tradition de la Grande Mesure. En 2012, est édité le livre anniversaire « Francesco Smalto – 5O ans d’élégance masculine » et la Maison reçoit le label « Entreprise du Patrimoine Vivant » décerné par l’état français.

A ce jour, les collections sont distribuées dans 210 points de vente dans le monde et via le site: Smalto .Depuis 2013, Francesco Smalto est l’habilleur officiel de l’Equipe de France de Football – Les Bleus by Smalto.

Si il y a une exposition à ne pas manquer, c’est bien celle-là.

SITE: Musée d’Orsay

Laisser un commentaire

Retour en haut de la page