Vous êtes ici:Accueil » Mode » Modèles-mannequins » Histoire d’un mannequin à lunettes

Histoire d’un mannequin à lunettes



Bonjour Roger,
Il y a trop longtemps que je ne t’ai plus vu ! Sache que je lis ton courrier des lecteurs, que je trouve très sympa. Je voulais te témoigner que la vie de mannequin n’est pas de tout repos en te racontant un shoot qui me restera en mémoire pendant toute ma vie !
Je m’explique. Le shoot a lieu en Italie, sur la plage, à la fin du mois de septembre. Il est 14 heures et le soleil est très lumineux mais assez bas dans le ciel et me fait mal aux yeux.
Heureusement, j’avais mes lunettes solaires ! Maquillage, coiffage, habillage, le tout en extérieur, avec le soleil en face. Mes yeux bleus sont sensibles et je laisse mes lunettes sur le nez sauf pour le make-up, évidemment.
Le photographe me regarde pendant tout ce temps. Il me crie : « Bon, tu enlèves tes lunettes, maintenant !» Je les enlève et voilà qu’il me place face au soleil et parle, et parle, demande de l’aide des assistants, pour l’emplacement des réflecteurs, des spots… Bref, ça traîne, ça traîne et, comme je suis toujours en plein soleil, je remets mes lunettes. Le photographe le voit et reviens vers moi ! Et voilà qu’il arrache mes lunettes, qui tombent à terre et se cassent. Des lunettes à 250 euros ! Au lieu de s’excuser, le photographe continue à m’engueuler : « Fais attention, non d’un chien ! En mettant et en enlevant tes lunettes, tu enlèves le make-up ! C’est pas un professionnel, ce mannequin !» Je vais automatiquement chez la maquilleuse… qui me regarde et me dit qu’il ne faut pas faire de retouche ! Je retourne vers le photographe et lui communique l’information… avec un petit sourire… tout en lui disant qu’il me doit 250 euros !
Là, l’ambiance devient démente ! Le photographe crie, hurle, et m’insulte. Je ne répèterai pas ce qu’il a dit, tellement c’est grossier ! Je retourne vers la maquilleuse qui garde mon sac, je prends mon portable pour contacter mon bookeur de l’agence pour lui expliquer la situation dingue que je suis occupé à vivre. Il me répond que c’est intolérable, que ce photographe est connu pour être facilement colérique et me demande de patienter 10 minutes afin de lui laisser le temps de contacter le commanditeur du shoot. Le photographe criait encore lorsqu’il est appelé au téléphone. Je le vois occupé à s’expliquer avec emphase. Lorsque sa communication est terminée, il s’écarte un peu du plateau et va boire pour se calmer. Mon bookeur m’appelle et me demande de continuer le shoot, car, en principe, le photographe a été calmé par le responsable de la société pour laquelle on travaille… Et le shoot peut commencer… enfin !
Le bookeur a promis que les lunettes me seraient remboursées. Comme cela vient de se passer, je suis curieux de voir ça !
Voilà, Roger, je t’ai tout raconté. Je n’ai pas de question à te poser ! Je voulais partager avec toi cette expérience originale. Je ne sais pas si tu la publieras sur Homactu. Si tu le fais, oublie de mettre mon nom et prénom, je préfère.
X

Merci X,
Cela fait plaisir d’avoir de tes nouvelles après tout ce temps ! J’ai pris beaucoup de plaisir à lire ton texte que je publie tel quel sur Homactu. C’est très vivant ! J’avais oublié que tu étais aussi comédien ! Tu devrais écrire des scénarios !
Il reste une question : vas-tu les recevoir, tes 250 euros ? Ecris-moi si tu es remboursé… ou pas !

Roger Hennaux Chronique de
Roger Hennaux
Photographe

Laisser un commentaire

Retour en haut de la page