Vous êtes ici:Accueil » Mode » Modèles-mannequins » Scout : un « vrai » métier dans le mannequinat ?

Scout : un « vrai » métier dans le mannequinat ?

Bonjour Roger,

Je me permets de vous contacter après avoir trouvé vos coordonnées par le biais du site homactu.com, sur lequel vous proposez de répondre à tout type de questions concernant le mannequinat.
J’ai 39 ans, j’habite Paris, je suis actuellement sans emploi, après des années passées dans le domaine de l’informatique, que je souhaite quitter. J’aimerais devenir « repéreur de mannequins » à savoir « scout », j’aurais donc besoin de l’avis d’un professionnel comme vous, car je ne sais absolument pas par quel « bout » prendre cette éventuelle carrière. Pour faire simple, j’aimerais vous poser quelques questions:

– Est-ce un métier à part entière ? Ou bien faut-il à la base être photographe, ou de près ou de loin appartenir déjà au milieu de la mode (et donc avoir fait des études de stylisme, ou autre) ?

– Est-il possible de « scouter » exclusivement des mannequins hommes ? Je souhaiterais en effet me consacrer uniquement aux (potentiels) mannequins masculins, je pense avoir l’oeil et connaître les critères pour les sélectionner.

– Les « scouts » sont-ils indépendants, ou travaillent-ils pour une (ou plusieurs) agence(s) ?

Si vous vouliez bien m’éclairer sur ces quelques points, ou me rediriger vers un site informatif concernant le sujet; je ne parviens pour l’instant pas à « organiser » mes démarches pour atteindre ce potentiel but, ne sachant absolument pas si une carrière est envisageable dans ce milieu, dont je suis pour l’instant totalement étranger. Je pense avoir les qualités requises, à savoir l’indépendance, le sens du contact, la pugnacité, l’envie de « chercher » sans cesse, bien sûr la mobilité, et également l’expérience du travail « traditionnel », que je pourrais partager avec les éventuelles nouvelles recrues, hésitant à se lancer.

Si vous aviez donc quelques minutes à m’accorder en répondant à ces quelques questions, cela me serait fort utile…

Merci beaucoup,
Sylvain

Bonjour Sylvain,
Oui, « Talent Scout » ou « scouter », c’est un vrai métier. Mais, il peut se pratiquer sous diverses formes.
1. Le scout qui est un bookeur en agence sur le territoire national.
En général, c’est un bookeur qui a un horaire particulier. A certaines heures du jour et de la nuit, il va se promener dans des endroits où les jeunes s’amusent. Il traîne dans les boîtes de nuits, les salles de concert, mais aussi dans la rue, le métro et, lorsqu’il repère quelqu’un qui correspond au profil que recherche l’agence, il l’interpelle, se présente, pose quelques questions du style « Avez-vous déjà pensé à entamer une carrière de mannequin ? » et si la réponse est positive, il lui demande de le suivre à l’agence, ou de s’y présenter tel jour, pour prendre ses mensurations, faire quelques photos toutes simples, des « polas » (car avant, les bookeurs faisaient des polaroïds) et s’inscrire à l’agence.
On se rend compte qu’il faut des qualités relationnelles pour arriver à contacter les gens qui, deux minutes plus tôt, ne pensaient pas du tout un jour entrer dans ce métier.
2. Le scout qui est un bookeur en agence et qui travaille en international
Certaines grandes agences ont des bookeurs qui vont aller scruter dans les autres agences d’autres pays. C’est courant ! Ils visitent les autres agences, vont regarder les books et/ou on leur présente certains mannequins. Ce qui permet à un mannequin français de se retrouver dans une ou plusieurs agences italiennes, allemandes, espagnoles, mais aussi coréennes, japonaises ou américaines, sans se déplacer dans ces pays. Cela augmente les possibilités de travail des mannequins. Autrement dit, au plus le mannequin est placé dans des vitrines différentes, au plus il a la possibilité de travailler.
C’est dans ce contexte que l’on parlera d’ « agence mère », l’agence de départ du mannequin et d’ « agences filles », les agences étrangères qui proposent du travail au mannequin.
Quand le mannequin travaillera à l’étranger, les deux agences se partageront leurs commissions en fonctions des termes de leur accord.
Dans ces deux premiers exemples, les scouts sont des salariés, employés de l’agence, des bookeurs.

3. Il existe cependant des « talents scouts » indépendants.
Ils partent dans des pays étrangers pour rechercher la perle rare et la monnayer au plus offrant.
Certains dirigeants de concours de mannequins se transforment aussi en « talent scout » après la finale de leur compétition pour présenter directement leurs gagnants aux agences. Les organisateurs de grands concours ont des contacts dans plusieurs pays. Quelques photographes cherchent aussi cette autre source de rémunération.
Attention ! Le côté pervers de cette profession en indépendant est que certains scouts obligent les candidats mannequins à signer des contrats d’exclusivité pour leur soutirer un pourcentage de leurs gains alors qu’ils ces mêmes scouts font entrer ces mannequins en agences tout en obtenant une commission soit à l’entrée du modèle en agence soit à chaque fois que le mannequin travaille et cela pendant une durée d’un ou deux ans par exemple.
Parfois, ces « talents scouts » cherchent à placer « leurs » mannequins directement à des défilés, des shootings… et se transforment dès lors en agents de mannequins.
Il faut rappeler que la profession d’ « agent de mannequin » est interdite en France.
De toute façon, pour ces trois formes de « scouters », on se rend bien compte que pour être performant, il faut une expérience dans la mode, soit comme mannequin, styliste ou photographe.
Au niveau national, il y a de moins en moins de scouts qu’avant. En effet, les jeunes osent plus facilement contacter les agences par internet. Un bookeur me disait encore récemment que je ne pouvais pas imaginer le nombre de mails reçus en une journée.

Bref, Sylvain, pousse les portes des agences et propose tes services… Mais, comme je l’ai indiqué ici, ils désirent avant tout une expérience dans la mode… Mais, qui sait …

Roger Hennaux Chronique de
Roger Hennaux
Photographe

Commentaires (2)

  • CD

    Bonjour Rogder,
    Je commence entant que scout et j’ai des questions très précises à vous poser.
    Pourriez vous me donner une adresse e-mail ??

    Merci d’avance
    CD

  • Jane

    Bonjour, j’aimerais beaucoup vos poser d’autres questions sur ce métier qui m’intéresse beaucoup!
    Pourriez vous me donner votre mail, que je puisse vous en envoyer un avec mes questions?

    En attente de votre réponse,
    Bien à vous

    Naomi

Laisser un commentaire

Retour en haut de la page