Vous êtes ici:Accueil » Mode » Chaussures homme » Comment choisir une paire de chaussures?

Comment choisir une paire de chaussures?

Comment choisir une paire de chaussures

Courrier des lecteurs : Comment choisir une paire de chaussures pour un bal ?

Bonjour,
Je m’appelle X et je suis canadien. Bientôt, ce sera mon bal de graduation et je ne sais pas quoi porter en style de chaussures. Pour mon costume, je suis allé avec une inspiration vintage. Il est noir avec un fini légèrement lustré, il est très cintré et ajusté, j’ai aussi une skinny tie noire, une chemise blanche et une bande blanche qui fait office de mouchoir dans ma poche gauche. Cependant, je ne m’y connais pas du tout en chaussure de bal et j’aimerais savoir si je devrais plutôt en avoir des noires mates, lustrées, avec des lacets ou juste des slip-ons. Si vous le pouvez, envoyez-moi en une photo afin que je puisse mieux les trouver. Aussi, je vais a New York dans un mois donc je peux y trouver n’importe quel modèle. 
Merci de me répondre,¸
X (anonyme)

Bonjour X, puisque tu as voulu rester anonyme,
Pour commencer et simplifier la vie des lecteurs d’Homactu, je préciserai qu’une « skinny tie », c’est une cravate fine et que des « slips-ons » ce sont des chaussures sans lacet.
Je suis vraiment content que l’on parle des souliers, car c’est un sujet qui n’a jamais été abordé dans notre courrier.
Ce mail me rappelle une conversation avec un styliste pour accessoires. Quand je lui ai demandé quel genre de chaussure serait à la mode cette année, il m’a dit qu’il fallait d’abord regarder l’anatomie de chaque pied ! Car, il faut savoir, avant d’aller plus loin dans cette réponse, que les êtres humains n’ont pas tous la même forme de pieds: 
dans 62 % de la population, le pied est dit « égyptien » : le gros orteil est le plus avancé ; 
pour 24%, il est dit « romain », aussi appelé « pied carré », les trois premiers orteils sont de la même taille, le quatrième a une taille un peu plus petite, le cinquième a une taille encore plus réduite ;
Enfin, pour 11%, le deuxième orteil est le plus avancé : c’est le « pied grec » 

Donc, pour ce styliste, il est impossible de contenter 100% de la population avec une seule sorte de forme de chaussures ! Parfois, même, chez quelques clients, le pied gauche ne correspond pas au pied droit ! Il faut éviter de traumatiser le pied par une forme qui ne correspond pas à l’anatomie ! Cela peut provoquer des irritations, des « cloques » voire des malformations au niveau des articulations des orteils.
Conseiller une chaussure en particulier sera une gageure ! 
Revenons au mail qui est à l’origine de ce courrier. Ah ! Oui ! C’est pour un bal !
On dansera sur quelle musique, à ce bal ? En effet, après avoir parlé de la forme du pied, il faut choisir la chaussure en fonction de l’usage. J’ai eu le plaisir de réaliser des shootings avec quelques danseurs lors de concours de danses de salon. Le principal, pour eux, étaient que la forme de la chaussure convienne au pied, bien sûr, mais aussi que la semelle coïncide au style de musique ! Par exemple, sur des valses où le pied doit glisser sur le parquet, il faut une semelle de cuir souple et lisse. Pour des rocks avec des sautillements, on devra mettre de petits patins antiglisse ou avoir des semelles moins dangereuses pour améliorer l’adhérence au sol et éviter les chutes.
Le choix de la qualité du cuir qui constitue le corps de la chaussure est aussi capital. Nous le préfèrerons souple, afin que le pied puisse fléchir facilement dans le sens de la longueur ! C’est quand la chaussure est soumise à certaines tensions que les « slips-ons » risquent de frotter les talons, voire qu’ils quittent le pied… Lorsque le cuir est trop rigide, un pli risque de se former entre la pointe de la chaussure et le début de l’articulation de la cheville. Cela peut gêner définitivement le danseur.
N’oublions pas que certaines personnes ont les jambes qui gonflent lorsqu’elles dansent ou marchent sur un tapis plain. Les lacets permettent donc, au cours de la soirée, de réajuster le contenant au contenu. 
Si la cavalière, un peu gauche, marche sur les chaussures lustrées qui se salissent beaucoup plus facilement, il faut avoir sous la main un petit morceau de tissu pour réparer les dégâts. 
Enfin, le danseur petit et frêle devra faire attention au poids de la chaussure car, si elle est lourde, elle peut fatiguer plus rapidement les jambes et rendre les mouvements plus pénibles lorsque la soirée s’éternise.
Bref, il m’est difficile de recommander une paire de chaussures en particulier. 
L’essayer, c’est l’adopter… peut-être… en fonction de ces quelques conseils.

Roger Hennaux Chronique de
Roger Hennaux
Photographe

Laisser un commentaire

Retour en haut de la page