Vous êtes ici:Accueil » Mode » Modèles-mannequins » La rémunération pour les défilés de mode masculine

La rémunération pour les défilés de mode masculine

La rémunération pour les défilés de mode masculine

Bonjour Roger,
Je me nomme Claude, j’ai 19 ans et je viens d’entrer en agence. Jusqu’à présent, j’ai surtout fait quelques shoots pour une marque de vente par correspondance et son site internet. Là, je viens de faire un défilé et je dois dire que je suis assez surpris tant par le temps que cela prend et par la rémunération qui en découle.
Je m’explique.
Pour la vente par correspondance, j’ai été pris en direct booking. Pour le défilé, j’ai dû faire un casting ! Long casting en plusieurs étapes ! 
D’abord faire la file, avec au moins une centaine de candidats. L’accueil est froid… Je pense donc que c’est raté.
Ben non ! Je suis pris… du moins je le pensais, puisque j’ai été rappelé pour un second tri… qui se termine par un « On téléphonera à votre agence si vous convenez » 
Je réussis ce casting… oui… mais je dois me présenter pour des essayages… Le styliste est anglais et parle tout le temps de  « fitting » ? C’est l’essayage, en anglais ! Je suis nul en anglais ! 
Donc, retour à la société… où l’accueil n’est pas terrible… il paraît que j’ai un bassin un peu trop fin pour certains pantalons… « La couturière arrangera ça ! » Ouf !
Deux jours plus tard, répétitions qui durent toute une après-midi et enfin, au soir, crevé, je défile enfin pour le show final.
Résultat : j’ai passé un temps dingue en transports, en jours où je suis occupé avec ce défilé et tout ça pour une rémunération ridicule par rapport à ce que j’ai gagné en shootant pour la société de vente par correspondance !
Mon bookeur me dit que c’est normal !
Tu peux me dire ce que tu en penses et m’expliquer la différence pour la rémunération, éventuellement ?
Merci

Bonjour Claude,
D’abord, parlons un peu de tes séances photos avec la société de vente par correspondance. Tu as vu que, dans ton message, j’ai censuré le nom, pour ne pas faire de jaloux avec d’autres sites. Tu as eu la chance d’être choisi par direct booking. Le choix s’est donc fait en fonction des photos qui sont sur le site de ton agence ou en voyant ton book à l’agence. 
C’est une situation confortable ! Saches que certaines sociétés font parfois subir de très longs castings.
En général, pour un shoot, c’est une demi-journée, une journée à une série de jours de travail.
Dans la rémunération, tu as non seulement la journée de travail qui est payée, mais aussi les droits d’image. Si le site et le catalogue sont diffusés pour plusieurs pays, ce qui est ton cas, les droits d’image est encore plus importants.
Pour les défilés, la rémunération ne paie essentiellement que ta présence sur le podium (catwalk en anglais)… ce qui explique pas mal de chose… 
Pour avoir une idée, il faut regarder les pages des tarifications de l’association belge des agences de mannequins (les tarifs datent un peu et ne sont plus vraiment d’actualité)
pour les shoots, les films : cliquez ICI
les droits d’images dépendent du genre de support et de l’étendue de la région où l’on peut voir le visuel: cliquez ICI
pour les défilés : cliquez ICI
pour les fittings (ici c’est le mannequin qui travaille dans l’atelier avec le styliste afin de voir les créations sur un modèle vivant… Il ne faut donc pas confondre avec les essayages réalisés avant un défilé): cliquez ICI
Enfin, un dernier problème que tu soulèves : l’usage de l’anglais.
L’anglais est la langue usuelle dans la mode, car tu vas peut-être travailler dans divers pays ou, rester en France avec divers stylistes internationaux où tout se fera en anglais :
le casting (ça tout le monde connait)
le fitting (on vient d’en parler)
le rehearsal (les répétitions)
Ouf ! Cela nous fait un long courrier… j’espère que tout cela répond à tes questions.

Roger Hennaux Chronique de
Roger Hennaux
Photographe

Commentaires (1)

Laisser un commentaire

Retour en haut de la page