Vous êtes ici:Accueil » Mode » Bijoux-Montres » Tatouage et piercing, entre mode et danger

Tatouage et piercing, entre mode et danger

Tatouage et piercing,

 

 

Le tatoo et le piercing sont partout ! Toutes les stars en affichent qui sur l’épaule ou sur le nombril… De là à satisfaire à cette mode sans en connaître les risques… Il y a une marge !


Le tatouage et le piercing sont certainement aussi vieux que l’humanité. La preuve : le plus vieux tatoué du monde a été retrouvé figé dans la glace autrichienne. Il avait 57 tatoos vieux de 5 300 ans !
 
Un acte pas si anodin

En France les tatoueurs et les perceurs sont considérés comme des artistes et échappent à toute réglementation sur le plan sanitaire. Or, un tatouage ou un piercing comporte des risques. En effet, dans les deux cas, il y a effraction de la barrière cutanée ou de la muqueuse. De plus, il y a insertion dans le corps d’un élément étranger : l’encre pour le tatouage et le bijou pour le piercing. Ces deux facteurs ne sont pas gênants en soit si tous le matériel utilisé est correctement désinfecté et stérilisé. Dans le cas contraire, les aiguilles peuvent transmettre des maladies particulièrement graves telles que des hépatites virales (hépatites B et C), le VIH, des complications microbiennes (staphylocoques, streptocoques, pyocyaniques), sans compter les risques d’allergies.

Des précautions à prendre

Si le coût d’un tatouage ou d’un piercing est déterminant, il n’est pas le seul critère à prendre en compte lors du choix de l’atelier qui va vous tatouer ou vous percer. Les vrais professionnels, informés des risques, appliquent scrupuleusement les mesures d’hygiène minimum. Il n’empêche que la profession n’étant pas réglementée, il est impératif de vérifier avant de passer à l’acte le sérieux de l’artiste. Quelques indices doivent être pris en compte notamment ; La propreté des locaux ; Le lavage des mains avant et après chaque acte ; Le port de gants stériles pour chaque geste d’effraction cutanée ; La désinfection de la peau et des muqueuses ; L’utilisation de matériels stériles à usage unique quand ils existent et la stérilisation par autoclave de tous les matériels et des bijoux utilisés.
Source DAC

Laisser un commentaire

Retour en haut de la page