Vous êtes ici:Accueil » Mode » Modèles-mannequins » Le « fitting »

Le « fitting »

Mannequinat, le courrier des lecteurs: Le "fitting"

Bonjour Roger,
 Je me présente: je me prénomme François et je suis mannequin amateur. Amateur, car si j’ai un book sur Internet, je ne suis pas encore en agence. 
Il y a quelques jours, un styliste m’a contacté pour un casting. J’en avais jamais fait. J’y suis allé un peu nerveux et je ne pensais pas l’avoir réussi car il y avait pas mal de candidats.

 Je suis tout heureux car je viens de recevoir ce mail :
 « Nous vous avons retenu pour fitting aux ateliers XXX, à raison de 2 jours /semaine, les mardis et jeudis après-midi, de 13 à 17 h. »
 Fitting ? Je ne connais pas ce terme. Je suis allé voir sur google et je tombe sur des histoires de golf… et je ne joue pas au golf.
 Pourrais-tu m’éclairer ? 
 Et, est-ce intéressant pour moi d’accepter cette activité ? Merci, François

 Bonjour François,
 Le « fitting » et le golf ? Alors là, j’ai été surpris en lisant ton mail !  J’avais envie de rire…  Puis j’ai essayé « fitting » sur Google et, effectivement, pour les premières pages, 
on parle surtout de golf et d’ajustage du club de golf en fonction du joueur…
 
Cela n’a rien à voir avec le styliste et son atelier, évidemment !
 Il suffit de savoir que « cabine d’essayage » se dit en anglais « fitting room » pour retomber dans une terminologie « mode » qui nous intéresse plus.
 Le styliste va « ajuster » ses créations sur un « mannequin vivant », plutôt que sur un « mannequin artificiel » utilisé habituellement dans les ateliers de couture.
 En observant le vêtement lorsque le mannequin bouge ses bras, ses jambes, marche, tourne, le styliste verra si des corrections doivent être faites.
C’est un moment important pour le créateur. Cela peut devenir un moment très chouette pour le mannequin qui participe ainsi pleinement à cet instant de créativité.
 
Est-ce intéressant pour le modèle ?
C’est un travail qui semble simple. En fait, cela demande des qualités relationnelles importantes : la discrétion, le respect du silence, de la réflexion du styliste.
Parfois c’est vécu comme une relation sympathique : le créateur peut demander comment tu te sens dans ce vêtement : trop serré, tissus trop rigides pour les mouvements des bras, etc.
Parfois, il ne demande rien et exige le silence…
 
Bref, s’adapter au caractère du styliste, commencer dans la discrétion… et voir… cela fait partie des qualités intrinsèques du métier de mannequin.
Souvent, la durée de la prestation est courte, une demi-journée et donc pas très rentable. Mais parfois, financièrement, c’est une aubaine pour le mannequin, car il peut y avoir plusieurs séances par semaine… et cela peut durer plusieurs semaines. Ce qui semble être ton cas !
Last but not least, certains créateurs feront défiler les modèles qui ont servi au fitting…

Il faut essayer de respecter au mieux les jours d’essayage et être toujours présent. 
J’ai connu un mannequin qui, pour raisons familiales, n’a pas pu honorer une date de fitting. Il a été remplacé immédiatement et définitivement par un autre modèle…
Dure, la vie d’artiste…

Roger Hennaux Chronique de
Roger Hennaux
Photographe

Laisser un commentaire

Retour en haut de la page