Vous êtes ici:Accueil » Mode » Mode homme » Fashion week à Milan, mode homme hiver 2010 – 2011, esprit rebelle et inspirations militaires

Fashion week à Milan, mode homme hiver 2010 – 2011, esprit rebelle et inspirations militaires

Un esprit rebelle a dominé les collections masculines proposées dimanche par les couturiers milanais, l’homme de l’hiver prochain hésitant entre la tendance rock pure et dure, le style ténébreux ou les inspirations militaires.

Pour Bottega Veneta, Tomas Mayer revisite le rockabilly avec pantalons fuselés étroits ou jeans retroussés au mollet laissant entrevoir chaussettes blanches et chaussures à semelles épaisses.

Des cravates western nouées sur des chemises froissées peaufinent ce côté retro. La collection aux teintes sombres, ponctuée de touches de couleurs vives (rouge, violet) propose également des ensembles plus sportifs en nylon ultra léger.

Esprit rock-and-roll aussi chez Roberto Cavalli, qui fait du pantalon la pièce maîtresse de sa collection. Serré et droit, il se porte court sur des rangers, dans toutes les versions possibles du cuir: simple et souple, lacéré et s’effilochant en franges, travaillé en fines lanières de cuir tressées de différentes couleurs, sculpté ou décliné dans des imprimés tartan.



Frankie Morello abandonne son humour habituel pour faire ressortir le côté sombre et trouble de l’homme avec une collection très « dark ». Rappelant les tenues des footballeurs américains, les pantalons sont serrés et renforcés par des genouillères ou rembourrés, parfois même cloutés, aux genoux. Avec des airs de vouloir en découdre, ces mauvais garçons se pavanent en bretelles, torse nu, le visage couvert par de grosses écharpes façon hooligans. Jouant à fond la provocation, ils n’hésitent pas à enfiler sur leurs pantalons des jupettes plissées ou des maxi pull robes.

Chez Vivienne Westwood, la provocation est au rendez-vous. Pull cagoule, pantalon rentré dans des chaussettes hautes, duvet jeté sur les épaules, le premier mannequin sort d’un abri en carton. Un autre se déplace avec un matelas de mousse roulé sous le bras, un col roulé noir tout troué. Patchwork de matières et motifs disparates, les silhouettes déjantées de ces hommes destinés à survivre dans la jungle métropolitaine alternent avec des mises plus classiques, du costume trois pièces au kilt revisité.

Dans un style opposé, Salvatore Ferragamo propose une garde-robe douillette de gentleman farmer de la Pampa avec chapeaux en feutre, bottes, longues écharpes tricotées à franges et épais manteaux en peau de mouton retournée. Les teintes chaudes rappellent les coloris de l’automne: mauve, chocolat, rouille, bordeaux.

L’homme de Gianfranco Ferrè se pare lui aussi contre les grands froids, enveloppé dans des maxi manteaux aux allures de capotes militaires tombant jusqu’aux chevilles, avec doublure en fourrure et protection matelassée anti-vent posée dans le haut du dos. Tel un prince de la Toundra, il porte avec aisance des costumes fluides aux grandes vestes enserrées à la taille par une fine ceinture et aux amples pantalons évasés.

Prada réduit pour sa part le vestiaire masculin à l’essentiel avec à peine quelques sacs en guise d’accessoires et des pièces classiques pour jeune homme sage dans les tons beige, noir, crème et marine. La veste toute simple se porte sur un pull rétréci, d’où dépasse la traditionnelle chemise bleu ciel. Le pantalon droit souple en jersey tombe sur des chaussures à franges. Les cardigans sont tricotés en grosse laine et noués par une ceinture. Les manteaux à trois boutons sont enrichis d’un deuxième col en laine avec des manches interminables, qui froncent sur le poignet. Seule pointe d’excentricité, les doudounes à motifs camouflage et les impers à imprimés géométriques.

© AFP 1and1

Laisser un commentaire

Retour en haut de la page