Vous êtes ici:Accueil » Mode » Mode homme » Fashion week à Milan, mode homme été 2010, ode à la légèreté, les gros durs se laissent aller

Fashion week à Milan, mode homme été 2010, ode à la légèreté, les gros durs se laissent aller

Fashion week Milan collection été 2010

Faisant une large place aux matières soyeuses et à la maille, les collections milanaises pour l’été prochain ont célébré samedi un homme à l’allure douce et décontractée, qui ne roule plus des mécaniques et a rangé au placard ses attributs de macho.

Domenico Dolce et Stefano Gabbana font dans le mélange explosif: des jeans déchirés viennent encanailler une veste de smoking moirée tandis que le traditionnel petit marcel, plébiscité par les gros durs, se laisse tenter par les paillettes aux emmanchures.

Le perfecto habituellement réservé aux rockeurs se fait tout fluide et se porte négligemment avec des mocassins de velours style babouches.

La chemise (en soie) se rentre dans un mini slip moulant, accessoire omniprésent saison après saison dans les collections de Dolce&Gabbana et notamment porté samedi par le mannequin brésilien Jesus Luz – auquel la presse people prête une relation avec la chanteuse Madonna.

Ennio Capasa pour Costume National joue lui aussi aux « doux durs », avec une armée de jeunes hommes – certains tatoués, d’autres la mèche rebelle – qui ont l’air de vouloir en découdre… en petits costumes en soie et légers pulls en maille.

Une veste saharienne emprunte au perfecto ses revers zippés mais se découpe dans un mélange immaculé de coton et de lin, un keffieh se jette gentiment sur un T-shirt, un gilet de costume de mauvais garçon ouvert bien large sur les pectoraux est assagi par une veste satinée.

De la douceur aussi chez le Britannique Burberry qui propose de petits pulls – rose ou mauve – harnachés de petites bandes de maille coordonnée qui font le tour de la taille ou bien des épaules.

Comme toujours fluide à l’extrême, la collection Giorgio Armani réinterprète ses classiques, les chemises perdent leur col ou bien se déboutonnent légèrement en biais, les twin-set se parent de rayures, les petits gilets osent les motifs et les costumes se satinent, le tout pour une allure à la fois chic et confortable.

Chez Jil Sander, tout est léger, les lignes sont à la fois fluides, nettes et précises, les couleurs neutres: une chemise blanche s’offre un liseré or sur le col et au bord des manches, un polo est tissé dans de la maille très fine, les boutons se cachent.

Légèreté toujours mais plus haute en en couleurs et en motifs chez Missoni qui mélange du jeans et des tissus délavés à ses traditionnels chevrons, rayures et chinés.

Les vestes amples, les trenchs à l’aspect froissé et les gilets en maille se portent sur des marcels à l’encolure large et des pantalons aux revers roulés: mains dans les poches, démarche désinvolte, Angela Missoni donne à ses voyageurs une allure de pirate chic.

Samedi soir, en face du célèbre théâtre milanais de La Scala, une vingtaine de grandes maisons de couture – Giorgi Armani, Versace, Salvatore Ferragamo ou encore
Gianfranco Ferré – organisent un grand défilé gratuit afin de faire « partager au grand public le grand rêve de la mode », selon les organisateurs.

Dimanche, au deuxième jour des défilés milanais, ce sera notamment au tour de Versace, Gucci, Bottega Veneta, John Richmond et Vivienne Westwood de présenter leurs collections.
© AFP 1AND1

Laisser un commentaire

Retour en haut de la page