Vous êtes ici:Accueil » Mode » Modèles-mannequins » Mannequin mode homme: Pierrick

Mannequin mode homme: Pierrick

Taille: 1,86 m    Yeux: noisettes

Pierrik est entré dans le mode du mannequinat par hasard mais c’est grâce à sa volonté, son travail et sa persévérance si à ce jour il continue à multiplier les contrats malgré ses études. 

Avant de devenir mannequinat quel a été ton parcours ? 
Un parcours classique d’adolescent : collège puis lycée. Mes principales activités tournaient autour du sport : foot, volley, moto, golf, roller… J’ai commencé le mannequinat à l’âge de 17 ans. J’étais à l’époque en classe de Terminale. Je continue depuis le mannequinat et mes études. Je suis actuellement en 2ème année d’école de commerce et j’arrive à concilier les 2. Même si je suis parfois obligé de refuser certains contrats car mes études sont prioritaires.

Comment es-tu venu à faire du mannequinat ? 
Ça n’a jamais été un objectif pour moi. Je n’y pensais absolument pas jusqu’au jour où l’on m’a proposé de participer à un défilé amateur. Et c’est sur ce défilé qu’un booker d’une agence m’a repéré et m’a proposé d’intégrer son agence. Je découvrais quelque chose de complètement nouveau et d’hors normes. Les premiers temps n’ont pas été forcément très simples. Il y a des codes à connaître, des règles. Je ne me sentais pas vraiment à ma place en fait.

Pourquoi es-tu venu à faire du mannequinat ? 
Les premiers contrats se sont enchaînés, les premières sensations également. Évidemment le côté financier est très intéressant. Gagner autant d’argent et d’une telle manière, à 18ans, pourraient faire tourner la tête mais heureusement j’étais bien entouré et mes parents étaient là pour veiller à ce que mes pieds restent bien accrochés au sol…et ne décollent pas d’un cm. Au même titre que certains font du théâtre, le mannequinat m’a permis de m’affirmer un peu plus, de prendre un peu plus confiance en moi, d’acquérir une certaine maturité et d’occuper mes temps libres. L’envie de vivre quelque chose d’hors normes, c’est sans doute ça qui m’a poussé.

Es-tu un féru de la mode ? 
Non pas spécialement. En fait je fais juste attention à être bien habillé, mais sans extravagance. 

Quelle est ta tenue préférée ? 
Ça change très régulièrement. Je viens de passer 3 mois à Londres où j’ai adoré leurs chemises à gros carreaux multicolores. Depuis quelques mois on en voit de plus en plus en France et j’aime beaucoup.

Que recherche-tu chez une femme ? 
Je ne recherche pas d’histoires d’un soir. Donc celles qui recherchent ça ne m’intéresse pas. Je suis avec quelqu’un en ce moment et j’espère le rester encore longtemps.

Quels sont tes loisirs ? 
Honnêtement, mes études me prennent beaucoup de temps, alliées au mannequinat et aux sorties le week-end avec mes amis… j’en ai peu.

As-tu une expérience de vie marquante ? 
Je vais rester dans le secteur du mannequinat. Beaucoup de mes défilés restent des faits marquants. Je me souviens pratiquement de tous si je me concentre. Les meilleurs restent ceux pour Schwarzkopf, Kenzo, Smalto, et Salvatore Ferragamo. Sur tous ces défilés j’ai eu l’occasion de rencontrer des gens vraiment très intéressants, originaux avec des personnalités hors normes, tout ce que j’aime. C’est quand je repense à tous ces moments que je me motive à continuer dans cette voie. Je ne peux pas ne pas évoquer le jour où j’ai appris que j’avais réussi mes concours d’entrée aux grandes écoles. Cela amorçait un nouveau départ, un gros changement dans ma vie. J’ai réellement cru arrêter le mannequinat à ce moment-là à cause des changements que cela entraînait. Mais ce jour-là aussi je ne l’oublierais pas. 

As-tu un signe particulier ? 
Quelques tâches de rousseur sur le visage.

Comment cela se passe pour trouver du travail ? 
Le travail me vient principalement au travers de mes différentes agences. Je vis essentiellement à Cannes pour le moment. J’ai donc une agence basée à Nice qui gère mes contrats dans la région, une autre est à Lyon et me propose des contrats sur la région Lyonnaise. La dernière est basée à Los Angeles, son rôle est différent. Elle collabore avec de grosses agences mondiales et son rôle est de me faire collaborer avec l’une d’entres elles. Les contrats qu’elle me propose sont généralement des départs sur 3 ou 4 mois à l’étranger dans le but de travailler avec ces agences partenaires. J’ai quelques contrats qui arrivent également grâce à mon site http://pierrick.book.fr mais je ne sélectionne que les contrats rémunérés et sérieux.
Je déconseillerais aux mannequins de s’éparpiller dans le plus d’agences possibles. Ça ne sert vraiment à rien. Préférer la qualité à la quantité. Un client qui voit un mannequin dans toutes les agences se lasse rapidement de lui.

Parmi toutes les qualités que l’on te trouve, quelle est celle qui est la plus exacte ? 
La sincérité.

Quel est le défaut que tes amis te reprochent le plus ? 
Mon indépendance.

A quel moment as-tu eu le sentiment que ta carrière de mannequin commençait à décoller ? 
Il n’y a pas vraiment eu de moment clé.. Mais disons que depuis le début l’évolution est constante. Avec bien sur des moments de vides mais jamais très longs. Ma nouvelle agence me propose des choses vraiment intéressantes ces derniers temps. Je croise les doigts pour que ça continue, mais je suis totalement conscient que tout cela peut s’arrêter très très vite.

Quelles sont tes ambitions ? Quels sont tes projets ? 
Continuer le mannequinat le plus longtemps possible. Mais ma priorité est d’arriver jusqu’à la fin de mes études. Ensuite… on verra !

As-tu une anecdote sur le casting à nous raconter ? 
Oh oui beaucoup ! Mais la plus marquante reste celle où il a fallu me teindre les cheveux en blonds/blancs pour une tournée sur plusieurs mois. J’ai accepté suite au casting, mais je ne m’attendais pas à avoir les cheveux autant décolorés ! Forcément, ce fût un choc, mais cela m’a permis par la suite de faire mes preuves sur un podium et de m’ouvrir de nouvelles portes. J’ai également rencontré des gens géniaux qui m’ont refait travailler et m’ont apporté mes premières expériences professionnelles que je ne pourrais jamais oublier. Tout ça a débuté lors de ce casting.. Il ne faut pas être prêt à tout pour réussir mais cette exemple montre qu’il faut parfois accepter de faire quelques sacrifices, pour évoluer.

Laisser un commentaire

Retour en haut de la page